Recommander

Concours

Catégories

Images aléatoires

  • chomage jeunes
  • Logo intersyndicale fonction publique 2

International

Samedi 26 juillet 2014 6 26 /07 /Juil /2014 06:30

logo PGECe mardi, le groupe communiste au Parlement ukrainien, a été dissous sur décision du gouvernement. Le lendemain commençait un procès totalement arbitraire et injustifié visant l'interdiction du Parti Communiste Ukrainien.

Le Parti de la Gauche Européenne condamne avec la plus grande fermeté ces actes de répression visant un parti politique responsable et respectable. En réalité, sa seule faute est d'être la principale force d'opposition de gauche à un gouvernement d'oligarques et d'extrême droite, même pas élu démocratiquement.

Le PGE alerte toutes les forces démocrates d'Europe. Il ne faut pas laisser les accusations mensongères de « séparatisme » ou de « terrorisme » salir un parti qui, depuis toujours, milite pour l'intégrité du territoire ukrainien et revendique la consultation démocratique du peuple sur les choix souverains politiques, économiques et stratégiques du pays. Nous devons empêcher l'interdiction d'un parti disposant d'une forte assise populaire et représenté au Parlement.

Sinon, qui sera montré du doigt demain ? Tous les citoyens critiques – et avec eux le pluralisme, la démocratie et les droits fondamentaux – sont menacés. Nous appelons tous les démocrates d'Europe à refuser ces pratiques autoritaires et à se mobiliser pour que leurs autorités nationales interviennent.

Par PGE - Publié dans : International - Communauté : Les blogs PCF du Pas-de-Calais
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 11 juillet 2014 5 11 /07 /Juil /2014 12:30

kurdistan.jpgL’organisation terroriste islamiste EIIL, qui a décrété la création de son califat à cheval entre l'Irak et la Syrie, vient de lancer une offensive armée contre le Kurdistan syrien autonome.

S’appuyant sur le délitement de l'Irak et la saisie d’armes lourdes, ils s’en prennent aujourd’hui aux cantons kurdes de Syrie dans lesquels la population mène depuis des mois une lutte héroïque contre ces forces obscurantistes qui reçoivent le soutien de la Turquie, de l’Arabie saoudite et du Qatar.

Les "occidentaux", dont les Etats Unis et la France, portent une responsabilité immense dans ce délitement régional, dans la violence contre les populations civiles et dans la mansuétude à l’égard de la Turquie qui veut briser l’expérience démocratique de Rojava. Laissera-t-on se perpétrer un nouveau massacre d’ampleur à l’égard des populations kurdes ? Cette indifférence est indigne et inhumaine.

Le Parti Communiste Français exprime toute sa solidarité avec les Kurdes de Syrie. Il appelle le gouvernement français et l’Union européenne à peser de tout leur poids pour que cessent ces crimes.

Par PCF - Publié dans : International - Communauté : Parti Communiste Français
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 3 juin 2014 2 03 /06 /Juin /2014 12:30

logo-PGE.jpgLe roi d'Espagne Juan Carlos vient d'abdiquer au profit de son fils, le prince Felipe.

Compte tenu de la crise que traverse le pays et des résultats des partis politiques qui soutiennent la monarchie aux dernière élections européennes, ce ne sont pas les têtes couronnées mais bien le type de régime qui doit changer.

Le Parti de la Gauche Européenne soutient la démarche du Parti Communiste d'Espagne, de la Gauche Unie et de EUIA qui revendiquent légitimement une consultation référendaire pour permettre au peuple espagnol de choisir son avenir.

Presque quarante ans après la mort de Franco, les espagnols doivent pouvoir choisir entre le régime actuel, oligarchique et dominé par le bipartisme, ou un processus constituant visant l'avènement d'une nouvelle République.

Par PGE - Publié dans : International - Communauté : Parti Communiste Français
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 21 mai 2014 3 21 /05 /Mai /2014 06:30

Alexis-Tsipras-3.jpgSi les forces de la coalition au pouvoir se maintiennent globalement dans les régions, les résultats du 1er tour des élections locales en Grèce marquent une importante progression de Syriza sur l'ensemble du territoire national. Syriza sera au 2nd tour dans 5 régions et la liste de notre amie Rena Dourou se trouve en tête du scrutin dans la Région la plus peuplée du pays, l'Attique. A Athènes, le candidat de Syriza talonne le maire sortant et s'engage dans la bataille du second tour avec confiance.

Je me réjouis de cette nouvelle avancée de Syriza. C'est un premier pas vers une bonne implantation locale qui sera déterminante pour protéger les populations de l'austérité et renforcer la solidarité de proximité. C'est également un bon signe pour les échéances politiques du week-end prochain.

Tout indique que Syriza peut remporter les élections européennes dimanche. C'est un formidable encouragement pour toutes les listes qui, en Europe sont rassemblées derrière la candidature d'Alexis Tsipras à la Présidence de la Commission européenne. Nous pouvons être la bonne surprise du 25 mai !

En France, avec les listes du Front de gauche, nous pouvons contribuer à la victoire dont toutes les forces anti-austérité en Europe ont un besoin urgent.


Pierre Laurent,
Président du Parti de la Gauche Européenne

Par PCF - Publié dans : International - Communauté : Parti Communiste Français
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 1 mai 2014 4 01 /05 /Mai /2014 10:30

Marwan-Barghouti-copie-1.jpgLe gouvernement israélien n'a pas voulu la réussite des négociations de paix qui devaient se terminer le 29 avril. En poursuivant de manière exponentielle (+ 123 %) la colonisation, en refusant fin mars de libérer le 4e contingent de prisonniers « d'avant Oslo » comme il s'y était engagé, Israël a montré son absence de volonté d'aboutir à un accord.

Israël a pris prétexte de l'accord entre l'OLP et le Hamas du 23 avril sur la formation d'un gouvernement d'union pour accuser le président Abbas d'avoir choisi « le Hamas et non la paix » et faire porter aux Palestiniens la responsabilité de l’échec des pourparlers – c'est un leurre et les réactions négatives d’Israël et des États-Unis ne doivent pas cacher celles, plus positives, de l'UE et de l'ONU qui soutiennent l'unité palestinienne sur la base de la reconnaissance d’Israël et de la non violence .

La France comme l'UE doivent soutenir le processus de réconciliation nationale palestinienne.

Pour le PCF, c'est plus que jamais le moment de construire sous l’égide de l'ONU une Conférence internationale pour la paix au Proche-Orient qui permette de relancer un véritable processus de négociations de paix sortant du tête à tête inégal entre les deux pays.

Dans cette perspective, la libération de Marwan Barghouthi et de tous les prisonniers politiques palestiniens constituerait la preuve de la volonté réelle des autorités israéliennes d'ouvrir enfin la voie à une paix juste et durable avec les Palestiniens.

Par PCF - Publié dans : International - Communauté : Parti Communiste Français
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 24 avril 2014 4 24 /04 /Avr /2014 12:30

Offensive-russe-en-Ukraine.jpgLa tenue de la réunion de Genève, le 17 avril, et les termes de la « déclaration commune » quadripartite signée par les ministres des Affaires étrangères des États-Unis, de la Russie, de l'Union européenne et de l'Ukraine, appelant à « une désescalade », constitue en soi un acte positif qui peut contribuer à faire baisser le regain de tensions internationales après la crise de Crimée et la poursuite des affrontements dans l’est du pays. Elle peut ouvrir la voie à des solutions politiques et diplomatiques permettant de faire face aux importants enjeux politiques et stratégiques auxquels est confrontée l’Ukraine.

Mais sans donner la parole au peuple et sans respect de la démocratie, rien ne sera possible pour appliquer les deux points clés de la déclaration commune, à savoir la sécurité des citoyens et les réformes institutionnelles nécessaires qui doivent tenir compte des droits et aspirations spécifiques des citoyens des différentes régions du pays.

Pour une partie importante de la population, l’illégitimité du pouvoir intérimaire en place à Kiev (où figurent en position de force des ministres d’extrême-droite) est due notamment à la volonté manifeste des autorités politiques à Kiev d’imposer leur pouvoir par des voies totalement antidémocratiques en tentant de mettre fin à l’activité politique de partis importants, comme le Parti communiste ukrainien dont les biens sont saisis et les dirigeants agressés.

Dans ces conditions, l’appel à désarmer « tous les groupes armés » sous contrôle de l’OSCE peut certes s’avérer important pour un retour à la paix si les moyens sont investis pour ce faire et que la volonté de dialogue et de confiance existe.

Les derniers incidents meurtriers intervenus dimanche à Slaviansk dans l’est du pays, après la réunion de Genève, constituent un signe inquiétant infirmant la volonté de parvenir à un accord ; les groupes paramilitaires de Svoboda et Pravyi Sektor tenant toujours le haut du pavé sans que Kiev n’y mette bon ordre. Concernant les réformes institutionnelles, le document issu de la réunion de Genève se borne à évoquer « un large dialogue » en vue d’« un processus constitutionnel » dont les termes doivent maintenant être précisés.

Pour le PCF, les possibilités qui seront données au peuple ukrainien d’une réelle intervention est une condition sine qua non de la réussite du dialogue engagé et d’un début de solution à la crise ukrainienne.

Par PCF - Publié dans : International - Communauté : Parti Communiste Français
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 9 avril 2014 3 09 /04 /Avr /2014 10:30

UE-Tunisie.jpgLe Parlement européen aura à se prononcer le 16 avril sur la proposition d'un prêt de 300 millions d'euros pour la Tunisie. Ce prêt est conditionné à l'acceptation de mesures fixées par le FMI. Une fois encore, ce seront les droits économiques et sociaux qui seront visés, dans un pays où la situation sociale est dramatique.

Le programme libéral du FMI est connu. Il s'en prend aux salaires, aux dépenses publiques comme les subventions aux produits de première nécessité. Par contre, les sociétés et investisseurs étrangers bénéficient de baisses d'impôts et d'exonérations fiscales. La Tunisie a assez souffert de ces politiques libérales à travers l'application des accords d'association. Forte d'une Constitution arrachée de haute lutte et saluée par tous les démocrates, la Tunisie a droit à la solidarité financière de l'UE.

Le Parlement européen, les députés de gauche doivent rejeter toute conditionnalité libérale à ce prêt, qui doit être utile au développement du pays et des régions. Le gouvernement français se doit de mettre ses actes en conformité avec les engagements pris par François Hollande lors de ses récents voyages. Le premier acte serait de mettre un terme à l'exigence de remboursement de la dette tunisienne et appuyer la demande d'un audit. Le Parti communiste français réaffirme son engagement auprès du peuple tunisien et des forces démocratiques de ce pays et continuera d'agir pour une Union européenne au service des peuples.

Par PCF - Publié dans : International - Communauté : Parti Communiste Français
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 6 mars 2014 4 06 /03 /Mars /2014 10:30

PC-Ukraine.jpgLe Parti Communiste Français exprime une nouvelle fois sa profonde inquiétude quand à l'évolution de la situation en Ukraine qui a conduit à une escalade de la violence et à une ingérence des puissances étrangères dans les affaires de ce pays.

Le PCF alerte sur l'extrême gravité des agissements des forces organisées de l'extrême droite fasciste qui se sont traduits par des menaces et des tentatives d'interdiction, des intimidations et des agressions physiques contre des membres, des députés, des représentants et dirigeants du Parti communiste d'Ukraine, et des actes intolérables de vandalisme contre les locaux de ce parti, en particulier à Kiev.

Le PCF réitère sa solidarité active avec les communistes ukrainiens qui mènent une lutte courageuse tout autant contre le régime Ianoukovitch que contre les nationalistes et l'extrême droite ukrainienne, ainsi que sa solidarité avec les forces démocratiques et progressistes ukrainiennes, et avec le peuple ukrainien.

Le PCF demande au gouvernement français de condamner de tels actes totalement contraires aux droits fondamentaux et à la démocratie qu'il prétend défendre en Europe, d'agir auprès des autorités gouvernementales ukrainiennes pour que les auteurs de tels actes soient poursuivis et traduits en justice, de favoriser ainsi le rétablissement d'un processus démocratique permettant au peuple ukrainien de reprendre la main sur son destin.

Le Parti Communiste Français apporte son soutien en ce sens à l'initiative du Parti communiste d'Ukraine d'un référendum qui puisse permettre aux Ukrainiens de décider souverainement de toutes les questions de politique intérieure et extérieure, et économiques qui engagent l'avenir de leur pays.

Par PCF - Publié dans : International - Communauté : Parti Communiste Français
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 4 mars 2014 2 04 /03 /Mars /2014 06:30

Situation-Ukraine-02-03-14.jpgPar la voix de son secrétaire national, Pierre Laurent, sénateur de Paris, le Parti communiste français s'est adressé aujourd'hui au président François Hollande pour qu'aucune décision de la France dans la crise ukrainienne ne soit prise sans consultation en amont des chefs de partis et des présidents de groupe au Parlement.

L'Ukraine est sous le feu depuis trois mois d'une lutte sans merci pour le pouvoir de ses oligarchies, toutes plus avides et corrompues les unes que les autres et qui se sont enrichies grâce aux politiques néo-libérales soutenues tant par l'UE que par la Russie.

L'Union européenne, la Russie, les États-Unis par l'intermédiaire de l'OTAN ou directement ont versé dans la surenchère, la démonstration de force et l'escalade militaire. C'est le peuple ukrainien qui est pris au piège entre la peste et le choléra.

Cette logique a pour toile de fond l'enjeu stratégique que représente l'Ukraine pour les grandes puissances qui s'affrontent dans une guerre économique féroce. 70 % du gaz et du pétrole russes transitent par l'Ukraine, et l'Europe représente 90 % des achats de pétrole russe. Ce n'est pas le retour de la Guerre froide à laquelle nous assistons mais bien à un conflit au sein du G8 entre, d'une part, les États-Unis, appuyés par l'UE et servis par l'OTAN, et, d'autre part, la Russie, pour sauver ou conquérir leur place parmi les puissances mondiales.

À l'instar de l'Allemagne qui met en place un groupe de contact, la France devrait jouer un rôle premier pour se démarquer significativement de l'OTAN et pour stopper l'escalade militaire. Le but de la France devrait être de contribuer à un processus qui mène au retrait à terme de toutes les forces militaires étrangères aujourd'hui présentes sur le sol ukrainien.

L'Ukraine ne doit pas servir de « zone tampon » ou de « zone militarisée », unique ou coupée en deux, où Américains, Européens et Russes se jaugeraient sur le dos des Ukrainiens.

La France doit aussi avoir pour objectif premier la mise en place d'un véritable processus démocratique en Ukraine permettant au peuple ukrainien de reprendre la pleine maîtrise de sa destinée.

La nouvelle faction oligarchique aujourd'hui aux affaires projette une élection présentielle le 25 mai dans une situation hautement tendue, où l'extrême droite et les groupes néo-nazis dictent à l'opposition sa ligne politique et font régner la terreur dans le pays.

Ni la France, ni l'UE ne peuvent s'inscrire dans une telle démarche quand il s'agirait au contraire d'aider les forces démocratiques, en butte à la violence de l'extrême droite, à prendre le dessus pour que s'engage un véritable processus de réformes démocratiques, sociales et constitutionnelles. La France devrait appuyer les forces démocratiques et progressistes ukrainiennes qui plaident pour que le peuple ukrainien puisse se prononcer par voie référendaire sur les réformes à engager.

Il faut s'extraire de la logique de guerre et de ce tête-à-tête cynique « Occident » - Russie, et dans l'objectif d'appuyer les efforts de l'ONU et de son secrétaire général qui rencontre aujourd'hui le ministre russe des Affaires étrangères, la France devrait prendre l'initiative d'appeler à la tenue d'une table-ronde sous l'égide des Nations unies et de son conseil de sécurité réunissant autour de l'Ukraine, l'UE, les États-Unis et la Russie devant trouver un accord de sortie politique de crise sur deux points immédiats : l'arrêt de l'escalade militaire et la mise en place du processus démocratique.

La France, enfin, a une responsabilité particulière pour que l'Union européenne revoie de fond en comble ses relations avec la Russie et travaille avec elle à l'élaboration d'une politique de voisinage qui dépasse les tensions et ruptures du passé par la mise en place d'un partenariat de haut niveau fondé sur des échanges économiques, politiques et culturels dans un cadre de sécurité commune qui appelle au retrait des forces armées étrangères de l'Ukraine.

La France doit parler d'une voix qui lui est propre pour la paix et la démocratie.

Par PCF - Publié dans : International - Communauté : Parti Communiste Français
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 26 février 2014 3 26 /02 /Fév /2014 06:30

maidan.jpgLa responsabilité des événements est d'abord à chercher du côté du Président Ianoukovitch totalement décrédibilisé par la politique économique et sociale qu’il a menée ces trois dernières années, pensant d’abord à se servir plutôt que de servir son peuple. Ses hésitations, ses marchandages avec la Russie et l'Union européenne ont rajouté à la confusion. Une partie des forces ultra nationalistes a profité de la situation pour faire souffler sur l’Ukraine le vent de la haine et d’un anti communisme hystérique.

Comme l’a déclaré le Parti communiste d’Ukraine il eut fallu consulter par référendum le peuple ukrainien pour qu’il choisisse son avenir. Cela n’a pas été le choix des dirigeants ukrainiens malgré 3 millions de pétitionnaires qui le demandaient. Les grandes puissances, Russie, Union européenne et États Unis ne sont pas neutres dans ce conflit. Les oligarchies se sont succédées au pouvoir en Ukraine depuis l’indépendance en 1991, contribuant au dépeçage de l’économie locale et laissant aux ukrainiens les miettes. La libération de Ioulia Timochenko dans un souci d’apaisement ne doit pas faire oublier qu’elle a aussi « volé » le peuple ukrainien.

L’avenir de l’Ukraine n’est pas écrit, le séparatisme menace. La Russie et l’Union Européenne doivent se parler et ne pas mettre l’Ukraine dans ce choix cornélien de l’un ou l’autre « bloc ». L’Ukraine par sa position géographique, sa structure économique et son histoire doit être un pont entre la Russie et l’Europe occidentale. Mais aucun gouvernement ne pourra longtemps survivre en agitant la seule fibre nationaliste, il faudra qu’il réponde aux exigences sociales légitimes des ukrainiens qu’ils soient russophones ou ukrainophones. Une constitution plus démocratique, le retour du mode électoral proportionnel, l’arrêt des règlements de compte politiques, la lutte contre la corruption d’où qu’elle vienne, l’unité du pays, voilà des revendications que nous soutenons avec le PC ukrainien.

L'Ukraine ne doit pas devenir le champ de manœuvre d'une « guerre froide larvée » entre l'UE, la Russie et les États Unis. On ne peut admettre le chantage comme mode de dialogue diplomatique.


Gilles Garnier,
Conseiller général de Noisy-le-Sec
responsable Europe du PCF

Par PCF - Publié dans : International - Communauté : Parti Communiste Français
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires

Calendrier

Juillet 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      
<< < > >>

Espace temps

Tendançologue

Wikio - Top des blogs - Politique

Bienvenue sur le blog de la section d'Hénin-Beaumont du PCF !
Il y a actuellement 10 personne(s) sur ce blog

Recherche

Archives

Liens

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés